En 2012, des citoyens de Richmond se réunissent pour envisager des solutions à la dégradation constante des bâtiments qu’ils observent dans leur milieu de vie. Pour eux, le patrimoine bâti est une richesse collective capable de dynamiser une région toute entière. Le riche patrimoine de la MRC doit être préservé, mieux, il faut le valoriser pour en faire un atout distinctif de toute une région. Ils se mettent au travail et six mois plus tard une dynamique équipe formule les grandes orientations de Héritage du Val-Saint-François. L’organisme adhère à la charte des patrimoine du l’UNESCO qui prend en compte les patrimoines matériels et immatériels. Ainsi les traditions orales, les savoirs faire, prennent place au côté des paysages naturels et agricoles et bien sûr de l’architecture. C’est cette dernière qui mobilise d’abord les ressources de l’organisme tant la situation est jugée préoccupante.